Le contexte

L’amplification des déserts médicaux en France s’accélère avec le manque d’attractivité de certains territoires pour les jeunes médecins et le nombre important de départs en retraite des papy-boomers.

Entre 2007 et 2020, 25% des médecins généralistes auront disparu : 2,5 millions de français vivent dès à présent dans des déserts médicaux forts.

Inégalités de répartition

A l’image du reste de la population, les médecins généralistes se sont concentrés dans les moyennes et grandes agglomérations. L’attractivité de ces territoires (transports, loisirs, etc.) a augmenté la concentration des praticiens dans ces zones.

Changement des modes d'exercice

Le changement des modes d’exercices accroît la désertification médicale. Seulement 9% des futures générations de médecins envisagent d’exercer en libéral, seul dans un cabinet indépendant. Or, ce mode d’exercice a été la norme jusqu’à présent, notamment dans les territoires ruraux.



La volonté gouvernementale

L'intensification de la lutte contre la désertification médicale
'

Fin 2017, le gouvernement a présenté le plan de lutte contre les déserts médicaux. Parmi les mesures qui ont été présentées, nous pouvons relever celles-ci :

  • Augmentation des crédits destinés à la télémédecine dès 2018
  • Inscrire la télémédecine dans le droit commun dès 2018
  • Généralisation des coopérations infirmières-médecins
« D’ici 2020, tous les EHPAD et tous les territoires en difficulté seront équipés d’un matériel de téléconsultation. »


Edouard Philippe